Drogba royal, Barcelone bancal

Publié le par Julien MARTIN avec AFP

Chelsea fait la différence en tête du groupe A (victoire 3-1), au détriment de son adversaire direct, Barcelone (tenu en échec 1-1), à l’issue de la 2e journée de Ligue des champions. Dans le groupe D, l’AS Rome est dominée chez l’autre favori, Valence, mais reste à la deuxième place (2-1).

 

Chelsea a pris la tête du groupe A grâce à un hat-trick de Didier Drogba et une victoire sur le terrain du Levski Sofia (3-1), mercredi, lors de la 2e journée de la première phase. Chevtchenko, blessé au visage en première mi-temps, l'Ivoirien a pris les rênes de l'attaque. Et de quelle manière ! A la 39e minute, le gardien bulgare repoussait la frappe d'Obi Mikel et Drogba reprenait sans contrôle : 1-0. A la 52e, après un contrôle orienté de la poitrine, il se retournait et frappait du pied gauche : 2-0. A la 68e, Drogba marquait d'une talonnade après une passe de Lampard : 3-0. Mais le Levski, était récompensé de ses efforts par un but sur un tir lointain d'Ognyanov (89e). « Trois buts à l'extérieur, c'est très bien, cela arrive pour la première fois à Chelsea en Ligue des champions, a déclaré José Mourinho, semblant oublier le 3-0 infligé au Paris-SG en septembre 2004. Mais nous ne jouons toujours pas assez bien. La dernière partie du match était décevante. Notre performance était calme et solide, mais nous devons encore nous améliorer et mettre les joueurs dans la meilleure forme. »

Dans le même groupe, le Werder Brême a failli créer la sensation face au FC Barcelone (1-1). Contre l'armada espagnole, Brême alignait neuf joueurs allemands dans son onze de départ, dont le jeune Aaron Hunt, tout juste âgé de 20 ans, très actif en début de rencontre. Tout s'est joué après la 45e minute. Le Werder concrétisait sa domination avec un centre du même Hunt pour Borowski détourné dans son propre but par le Barcelonais Puyol (56e). Borowski ratait ensuite le break (69e), puis Klose en faisait autant (72e). L'heure de la réaction espagnole avait sonné. Le vice-champion d'Allemagne était sauvé une première fois par son gardien, grâce à un arrêt réflexe devant Lionel Messi. L'égalisation est venue du prodige argentin, qui écœurait le Werder après un service de Deco dans la surface (88e). « On n'a jamais paniqué, a expliqué Ronaldinho, après le match. Nous avons confiance en nous, en notre jeu, et nous appliquons les consignes de l'entraîneur. Nos automatismes nous ont permis de revenir au score. »

Dans le groupe D, David Villa a illuminé l'affiche entre Valence et l'AS Rome (2-1), permettant à son équipe d'être la seule de sa poule à compter deux victoires. C'est lui qui, à la 12e minute, récupérait un long centre de Moretti. Sa reprise était certes ratée, mais Angulo surgissait pour battre Doni d'une reprise du pied droit. Un avantage conservé seulement sept minutes, Totti transformant un penalty en faveur de l'AS Rome, après une grosse faute de Moretti, l'Italien de Valence. Villa pouvait se remettre à l'ouvrage et redonnait l'avantage à son équipe d'une frappe du pied droit que ne pouvait capter Doni (29e). L'attaquant espagnol ratait ensuite le doublé (44e), mais méritait l'ovation de Mestella, lors de son remplacement par Silva (72e). Malgré un Totti volontaire, l'AS Rome ne pouvait pas, mercredi soir, rivaliser. L'entraîneur italien Luciano Spaletti envisage qu'il puisse s'agir « d'inexpérience, mais nous allons devoir vite apprendre, parce que cette Ligue des champions, nous voulons la jouer ».

L'autre rencontre du groupe entre Donetsk et Olympiakos était moins alléchante, mais a été plus prolixe (2-2). Malgré une domination ukrainienne, les Grecs ont été plus réalistes, ce qui ne les a pas empêchés de se faire remonter deux fois au score. Les deux formations marquent leur premier point dans la compétition, mais occupent toujours les deux dernières places de la poule.

 

Publié dans Archives L'Equipe.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article